Biographie résumée

Nathan André Chouraqui naît à Aïn Témouchent, en Algérie, le 11 août 1917. Ses parents, Isaac Chouraqui et Meleha Meyer descendent tous deux de familles juives espagnoles qui comptent, dès le XVI ème siècle, des juges, des théologiens, des rabbins, des poètes, des savants, attachés au développement du judaïsme nord africain.

Ses études de Droit le conduisent à Paris en 1935, où il entame également des études rabbiniques. Pendant la guerre il participe activement à la Résistance dans le maquis du Centre de la France (1942 - 1945). Avocat, puis juge dans le ressort de la Cour d'Appel à Alger (1945 - 1947), il est promu, en 1948, Docteur en Droit international public à l'Université de Paris.

Secrétaire général adjoint de l'Alliance Israélite Universelle (1947 - 1953), André Chouraqui en deviendra le Délégué permanent, sous la présidence de René Cassin (1947 - 1982). Il voyagera dans le monde entier, pour donner des conférences, dans plus de 80 pays. De Jérusalem, où il s'est établi depuis 1958, il reste le porte-parole de la culture française en Israël et devient un ambassadeur d'Israël et de la paix à travers le monde.

Vice-président de la Commission des Organisations non Gouvernementales auprès de l'UNICEF-UNAC (1950 - 1956), il propose et fait adopter le projet de lutte contre le trachome, programme qui a sauvé la vue de millions d'enfants dans le monde entier.

Directeur de la Collection Sinaï (Presses Universitaires de France), A.Chouraqui publie en français des textes fondamentaux de la culture juive, tels que Luzzato, Buber, Kaufmann, Halkin, Maïmonide.…

En 1958, il se marie avec Annette Lévy, fille du Docteur et de Madame Gaston Lévy. Ils auront cinq enfants : Emmanuel, Elisabeth, Yaël, David et Mikhal, et onze petits-enfants.

Installé à Jérusalem dès 1958, il devient le conseiller du Président du Conseil, David Ben Gourion, (1959 - 1963), pour les problèmes d'intégration des juifs originaires des pays musulmans et pour les relations intercommunautaires.

Dès son installation en Israël il est l'inspirateur et le fondateur des comités de cooperation inter-religieuse groupant des représentants des autorités juives, chrétiennes et musulmanes. Ces comités représentaient alors une innovation qui jetait un pont en Israël et dans le monde, entre des religions et des confessions séparées par des siècles de conflits. A. Chouraqui a été le cofondateur et le président de l'Interfaith Committee en Israël et dans le monde, après avoir été l'un des cofondateurs de l'Amitié Judéo-Chrétienne et de la Fraternité d'Abraham en France, puis membre des conseil de la World Conference on Religions and Peace (W.C.R.P.)

Dans le cadre de la déclaration Nostra Aetate, André Chouraqui rencontre le Cardinal Daniélou. De cette rencontre naîtra un mouvement réunissant les adeptes des religions abrahamiques, La Fraternité d'Abraham, en collaboration avec le Recteur de la Mosquée de Paris, Hamza Boubakeur, et le Père Riquet.

En 1965, André Chouraqui est élu vice-maire de Jérusalem, sous le mandat de Teddy Kollek. Il est chargé des affaires culturelles, des relations interconfessionnelles et internationales de la ville de Jérusalem. De 1969 à 1973, il est réélu conseiller municipal et président de la Commission de la Culture et des Affaires extérieures de Jérusalem.

Il sera membre du tribunal de l'Organisation Sioniste Mondiale, président fondateur de l'Alliance française à Jérusalem, président du Comité interconfessionnel à Jérusalem, président de l'Institut israélien du film (Fondation Reginald Ford) et président du Mouvement pour une Confédération proche-orientale.

En qualité de membre du Comité exécutif du Congrès Mondial des Religions pour la Paix, André Chouraqui prend une part active dans les mouvements interconfessionnels et milite pour le développement de l'amitié entre Juifs, Chrétiens et Musulmans.

En plus de ses livres, il rédige des centaines d'articles dans la presse mondiale, donne de nombreuses conférences, écrit plusieurs livres sur les problèmes politiques et spirituels soulevés par la résurrection de l'Etat d'Israël. Universelle dans son essence, son œuvre s'étend à divers domaines, tels que la poésie et le théâtre, la philosophie et la fiction, l'histoire et la sociologie, le droit, et plus particulièrement la traduction et l'exégèse de l'Ancien et du Nouveau Testament et du Coran.